>OPI : La saga continue

>

Ca y est…

Je sais enfin où me procurer les vernis OPI pour de vrai sans passer par Internet et ses ruptures de stocks insupportables.
Enfin, une addiction de moins à assouvir, je me sens déjà mieux.
Vous voulez le tuyau?
Bon, vous allez me dire que c’est un tuyau percé mais quand même, je vous livre le fruit de la réflexion – à reproduire si vous êtes dans la configuration suivante:

J’ai une amie qui vit sur New York depuis plusieurs mois maintenant.
Aux States, c’est simple tout ce qui porte un nom français ou fait référence à la « French Culture » fait obligatoirement un tabac…

Alors maligne que je suis après avoir longuement réflechi à tout ça (et oui, il en faut dans la caboche pour penser à un stratagème pareil), j’ai contacté ma cops et l’ai envoyé en mission.

Et, là ma cops – Dring pour les intimes c’est-à-dire juste rien que moi – elle a été trop forte.
En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, elle avait trouvé les vernis, me les avait achetés (du moins, mes 3 couleurs préférées: Parlez-vous OPI? You don’t know Jacques et Tickel my France-y) et me les avait expédiés dans du joli papier de soie, du papier bulle etc.

Du coup, commande passée vendredi dernier, commande reçue aujourd’hui.
Elle est mieux que la Poste, ma cops !!!!!

Bon verdict: J’ai immédiatement voulu les essayer – tous.
Le problème c’est que je n’ai pas assez de doigts pour tous les porter en même temps.
Et une couleur par doigts, c’était bon à 14 ans pour rigoler au Carnaval…
Alors j’ai fait un choix cornélien en m’en remettant au Divin et en chantant:

« Je fais de la purée pour mes petits cochons »
« Pour 1, pour 2, pour 3, pour 4, pour 5, (…), pour 9 boeuf (…) »

C’est tombé sur You don’t know Jacques !!!!!!!
Ca tombe bien, c’est mon préféré à la vue du flacon.
Et sur mes petites menottes, c’est trop beau ce gris souris, un peu taupe, très intense, très original.
Je vous montrerai des photos demain, avec la lumière du jour, ça sera plus parlant.
Ce que je peux déjà vous dire c’est qu’il est raccord avec ma petite robe chemise folk en tartan grise et noire.

Le plus produit: OPI coûte trois fois rien ou presque aux States (aux alentours de 8 euros le flacon au lieu de 14 euros en France).

Alors il est pas sympa mon tuyau? Vous aurez bien une cops sympa qui habite dans un pays où on vend les produits OPI… Bonne quête.
Et encore Merci Dring, sans toi rien de tout ça n’aurait pu arriver 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !
Print Friendly, PDF & Email

Une réponse à “>OPI : La saga continue”

  1. Emilie dit :

    Well done !! 😉

Laisser un Papotage

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives