Les Papotages de Nana - Restaurant La Laumière

J’ai testé : Le Laumière

 
Ce restaurant fait partie de ces adresses de quartier que l’on croise tous les jours au détour du chemin pour aller au bureau, sans vraiment y prêter attention. On se dit que l’établissement est là depuis toujours et qu’il continuera d’exister encore longtemps. Alors on ne se presse pas pour y aller. On se dit qu’on aura bien le temps de s’y attarder plus tard…
 
Sauf que comme chacun sait, remettre à plus tard équivaut à oublier…
 
Et bien, la semaine dernière, je n’ai pas oublié de m’arrêter dans ce restaurant à la façade type bistrot parisien qui cache bien des trésors dès qu’on a passé la porte.
 
A commencer par un écailler qui fait des plateaux de fruits de mer pour les clients mais également à emporter.
 
 
 
 
On continue, on avance dans la salle et on s’aperçoit que le petit bistrot est en réalité un immense restaurant à la décoration – très campagne – hors du temps avec ses vases remplis de fleurs (en plastique?) et ses lampadaires de jardin.
 
Tout au fond, il y a même un jardin avec un sapin de Noël, un bassin, une cascade et de la verdure luxuriante. Très étonnant, romantique à souhait !
 
 
 
 
Passé la surprise du lieu, on se dit que c’est bien joli tout ça mais qu’on ne va pas au restaurant pour regarder la cascade faire des petits jeux d’eaux. Personnellement, je veux manger et je veux BIEN manger ! Et on m’a dit qu’ici, on servait des quenelles de brochet façon Louis XIV de toute beauté… Et j’ai hâte d’y goûter 🙂
 
 
Le menu commence par des huîtres chaudes avec leur sabayon de champagne. On tape très fort dès l’entrée. Moi qui n’aime pas les huîtres, je goûte pour ne pas mourir idiote et ma foi, c’est bon ! C’est même délicieux. Je regrette déjà qu’il n’y en ai que 3 par personne… On aura tout vu ! 
 
 
 
 
En même temps, je dois me réserver pour les quenelles qui se font désirer. 15 minutes après les huîtres, les voilà enfin les quenelles de brochet tant attendues. A la décharge du Chef, nous étions 40 personnes à table (déjeuner de presse oblige) à avoir commandé des quenelles et comme ce plat se prépare à la minute comme un soufflé, dur dur de respecter un timing serré pour toute la tablée.
 
 
Bref ! Et alors, ça donne quoi les quenelles de brochet façon Louis XIV? Ne me demandez pas la recette ni même ce qu’il y a dedans, je suis incapable de le dire et Eddy Zouari, le propriétaire du restaurant lui même se refuse à en parler. Secret défense !
 
 
Ce que j’ai appris, c’est que la recette provient du restaurant le Louis XIV (ancien établissement très prisé des grands boulevards qui a fermé ses portes depuis plusieurs années) et qu’elle est restée inchangée depuis, gage du respect de la tradition.
 
 
En tous cas, le plat est bien relevé, c’est épicé, la sauce vient corser la quenelle qui en soi n’est pas un plat très gouteux. Elle est accompagné de riz et d’une chips de brick qui lui donne des faux airs de catamaran à la dérive.
 
 
 
 
C’est tout à fait le genre de plat que j’affectionne quand il fait bien froid, comme en ce moment. Petit plus que j’ai apprécié : le plat nous a été proposé avec un vin bio dynamique… chose suffisamment rare pour être soulignée.
 
 
 
Et cerise sur le gâteau, chaque quenelle est unique ET numérotée. La mienne, c’était la 24428. Une merveille !
 
 
Et pour finir ce déjeuner tout en tradition, arrive un dessert presque trop moderne : le café gourmand. De prime abord, j’ai toujours peur avec ce genre de dessert car bien souvent, il s’agit de rataillons un peu défraichis qui mériteraient la poubelle plutôt que les assiettes des clients.
 
 
 
 
Mais là encore, je suis surprise une fois de plus car il n’y a ni moelleux au chocolat réchauffé ni macaron surgelé ni financier insipide. Au contraire, tout est bon et original : une tartelette au citron maison délicieuse avec une pâte sablée bien croustillante, un mendiant maison, une mousse de Grand Marnier et une verrine crème de chocolat, mascarpone et gelée de café amer (une tuerie).
 
 
Je crois que je viens de trouver ma cantine dans le 19ème. L’ambiance y est chaleureuse, pas guindée. L’équipe en salle est sympathique. Le patron a toujours une anecdote à raconter et je trouve courageux de sa part de s’accrocher à son quartier, pas toujours bien réputé.
 
 
En plus, il existe un menu du soir (entrée, plat, dessert) à 29€. Je crois que le midi, on peut déjeuner pour 19€. En gros, je vous le recommande. La prochaine fois, je teste les plateaux de fruits de mer, ok ?
 
 
Le laumière : 4 rue petit – 75019 Paris
Métro : Laumière
 
 
Bisouuuuuuuux !
 
 
Rendez-vous sur Hellocoton !
Print Friendly, PDF & Email

8 réponses à “J’ai testé : Le Laumière”

  1. jackie dit :

    >Oulala… ça donne envie grave ! Je prendrais bien l'avion juste histoire de changer de cantine 😉

  2. Unomafu dit :

    >Et si tu es bien repue par ce dej/diner absolument pas frugal, il y a un hôtel au dessus du restau ! T'as vu j'ai l'oeil 😉

  3. La Tellectuelle dit :

    >eh ! mais c'est ma "cantine" !!!
    j'adooore le Laumière. La déco est kitsch, ce qui fait partie du charme, et le personnel ainsi que le patron sont adorables.
    Quant à la nourriture, tu as tout dit.

    Juste en passant, les immeeeenses bouquets un peu trop modernes par rapport à la déco sont des vrais et renouvelés toutes les semaines, je leur avais demandé la carte de leur fleuriste.

  4. Lilith dit :

    >Wowo!
    Rien que pour l'entrée, je retiens l'adresse!

  5. JOhanna dit :

    >La prochaine fois que tu viens, on y va. C'est seulement à 4 stations de la maison et franchement c'est très sympa 🙂

  6. JOhanna dit :

    >Quel œil de Lynx Greg ! Tu m'épates de jour en jour 😛

  7. JOhanna dit :

    >Oh tu connais ?!!!!?!!!
    Contente de savoir que les bouquets sont avec des vraies fleurs. C'est toujours plus agréable.

  8. JOhanna dit :

    >Tu peux !
    Ça déchire les huitres chaudes comme ça.

Laisser un Papotage à Unomafu Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *