Les Papotages de Nana

La médecine esthétique : mon expérience (Part. 1)

La médecine esthétique !

Vaste sujet, quelque peu controversé encore aujourd’hui bien que de plus en plus de personnes y aient recours.

Pour ma part, des médecins esthétiques, j’en ai vu un paquet (pour m’informer, avant tout, pas forcément pour essayer tout et n’importe quoi). L’avantage d’être blogueuse, c’est de pouvoir se constituer un réseau assez pointu dans pas mal de domaines, et notamment celui-là. Et pourtant, même comme ça, je peux vous dire que j’en ai vu des vertes et des pas mûres.

 

Aujourd’hui, à l’approche de la quarantaine, j’ai envie de vous raconter mon parcours, ce que j’ai tenté et ce que j’en pense. Je ne suis pas là pour vous convaincre d’essayer quoique ce soit mais je vois tellement de tabous et de mensonges qui entourent ce sujet que j’ai envie de dire stop à tout ça. Je veux prouver qu’on peut avoir recours à de petites interventions, sans que ça fasse petite sœur Bogdanov et que non, on n’est pas futile ou totalement fake parce qu’on a passé la porte d’un cabinet médical une fois dans sa vie (ou 2 ou 3 ahahah). Mais, commençons par le commencement, sinon j’ai peur que cet article soit trop long.

 

Complexée?

J’ai toujours été complexée (comme tout le monde) par un ou 2 petits défauts sur mon visage (on fera le corps un autre jour) : Si je me regarde trop longtemps dans un miroir grossissant, je suis capable de trouver que mon nez a une bosse, mes yeux sont asymétriques, j’ai une vilaine cicatrice dans mon sourcil droit, etc etc…… Mais, j’ai décidé de voir le verre à moitié plein et j’assume plutôt bien certains défauts que je finis par ne plus voir.

Restent ma ride du lion et mes cernes avec lesquels je suis en total désaccord depuis ma naissance. La ride du lion me donne l’air méchant (ou au mieux en colère même quand je suis joie) et les cernes me donnent l’air épuisée en permanence. Même le meilleur make-up du monde ne peut rien y faire.

 

Les Papotages de Nana

Ça c’est moi à 25 ans avec mes complexes : merci de ne pas commenter, je sais…..

 

A 25 ans…

Alors à 25 ans, j’ai commencé à me pencher sur les techniques qui existaient. Pour la ride du lion, c’était simple, il fallait faire une injection de Botox (ou toxine botulique de son petit nom générique). A l’époque, on n’avait pas assez de recul sur la chose. La médecine esthétique ne s’appelait même pas encore comme ça. C’était hors de prix et plutôt réservé à une clientèle de 45/ 50 ans.

J’ai donc décidé d’attendre d’avoir au moins 10 ans de plus, un âge qui me semblait légitime pour commencer à envisager des retouches sur mon visage. C’est plutôt bien tombé, c’est l’époque où j’ai commencé à rencontrer de nombreux médecins grâce à mon carnet d’adresses de blogueuse. Au départ, je voulais juste m’informer, discuter, comprendre, découvrir les techniques, les avantages et les inconvénients, les risques….

Et puis, un jour je me suis lancée. Mais, j’y reviendrai… Je n’ai pas forcément aimé au final.

 

The good doctor

Avec le temps et l’expérience, mon avis sur les médecins s’est affiné. Comme partout, il y a des bons et des mauvais. J’ai rencontré celui que tout Paris encense mais qui te regarde à peine, tu n’es qu’un billet de banque à ses yeux, j’ai rencontré le gentil débutant qui a du potentiel mais pas le verbe pour rassurer, j’ai aussi rencontré celui qui est prêt à te piquer sur le champs et te propose un ravalement complet alors que tu viens juste pour un peeling. Et tenez vous bien, j’ai même rencontré un soit-disant médecin que je n’ai jamais trouvé au tableau de l’Ordre. Bref….

Je ne le dirais jamais assez mais avant de se lancer là-dedans, il faut absolument prendre rendez-vous avec plusieurs professionnels, comparer les approches de chacun, regarder les avis sur le net etc…. De nos jours, on peut facilement s’informer pour trouver le bon médecin. On ne parle pas d’un acte anodin comme aller chez le coiffeur : Même si les injections sont résorbables, une ptôse (l’œil qui « tombe ») pendant 6 mois à cause d’un Botox mal dosé, c’est un peu long à digérer.

 

Pour ma part, j’ai trouvé THE ONE après 6 longues années de recherches !

C’est une femme (je donne ses coordonnées uniquement par mail, pour celles que ça intéresse), elle est cash mais j’adore la façon dont elle pose les choses sur la table sans chichi. Elle ne passe pas par 4 chemins pour dire ce qu’elle pense. Et c’est surtout la seule qui a la bonne approche, celle que j’attendais depuis toujours. Je l’ai rencontrée il y a quelques temps lors d’un événement blog. Je n’aurais pas cru à l’époque qu’elle reviendrait croiser mon chemin plusieurs années après.

Son approche est très « french touch » aka « Less is more » : moins on en fait, plus c’est discret, mieux c’est. Tout le contraire des américaines qui veulent que ça se voit. Elles en veulent pour leur argent et ce, dès le plus jeune âge. Les apéro Botox ne sont pas une légende là-bas.

 

Le premier rdv

Mais, revenons-en à ma Doc chérie : Au premier rendez-vous, alors que j’étais là pour parler de mes cernes – que j’envisageais de faire combler à l’acide hyaluronique après avoir perdu énormément de masse grasse dans les pommettes et sous les yeux (mais pas au niveau des fesses, ça non hein…), suite à une grossesse et 17 mois d’allaitement – elle m’a tout de suite interrompu pour recentrer le débat sur ma vie, mon oeuvre. En gros, selon elle, j’avais presque tout faux dans ma routine soin et make-up.

 

Certes, j’utilisais de bons produits, de grandes marques reconnues mais tout ça n’était pas adapté à mes besoins et ne servait à rien sans une refonte totale de l’ensemble. En gros, il ne sert à rien de mettre un pansement sur une jambe de bois (bonjour, les expressions trop old school). Au contraire, pour qu’un traitement par injections, un peeling ou autre fonctionne et ait le meilleur rendu possible dans le temps, il faut entretenir son corps et sa peau de l’intérieur avant tout. C’est une conception globale de la beauté qui s’entend autant de l’intérieur que de l’extérieur.

 

A l’issue de ce premier rendez-vous, elle a refusé de m’injecter (signe que c’est un super médecin, pour moi).

Elle m’a dit qu’on se reverrait pour le faire une fois que j’aurais terminé une cure de vitamines et compléments alimentaires, qu’il fallait que je fasse sérieusement, en première intention. Le but était de redonner de l’éclat à mon teint, réduire les imperfections dues à une vie urbaine trop intense, détoxifier mon organisme d’une malbouffe certaine (même si je suis convaincue que je ne mange pas si mal que ça)…. avant de voir l’étendue du problème et d’y remédier correctement. On part d’une toile propre, avant de peindre si vous préférez….

 

Alors, je vous vois venir et je réponds d’avance à vos questions : Non, elle ne m’a pas fait faire de prise de sang. Elle s’est basée sur les réponses d’un très long questionnaire que j’ai rempli en arrivant à son cabinet. Elle m’a aussi bombardé de questions pratiques pendant le rendez-vous pour mieux me connaitre et affiner l’analyse. Par exemple, elle m’a demandé comment étaient mes selles (oui oui vous avez bien lu), combien de sucres je mettais dans mon café le matin, si je dormais bien, si ma peau marquait facilement en cas de bleu etc… Ça peut paraître étrange mais chaque réponse donne un indice sur les carences éventuelles qu’on peut avoir. Et au final, elle m’a prescrit des vitamines et compléments alimentaires assez basics pour lesquels la plupart des femmes urbaines de mon âge sont carencées. Sans compter que les compléments alimentaires dont le corps n’a pas besoin ne sont pas toxiques ni nocifs, ils sont simplement éliminés par le corps.

 

Les Papotages de Nana

 

Des vitamines

J’ai donc accepté le défi et j’ai pris les compléments alimentaires suivants (en les choisissant chez des laboratoires bio ou avec des compositions le plus clean possible):

– Du curcuma qui est reconnu pour ses vertus antioxydantes et anti-inflammatoires, outre le fait qu’il aide à la digestion, protège le foie et est un véritable atout pour avoir une belle beau.

– De l’onagre pour ses vertus antispasmodique, calmante, astringente, anti-inflammatoire, anticoagulante… Elle a aussi une action antirides, hydratante et protectrice pour la peau, les ongles et les cheveux.

– Des omegas 3 qui aident au bon fonctionnement du systèmes cardio-vasculaire, cérébral, inflammatoire, hormonal, etc.

– Du fer qui est également un antioxydant, qui réduit la fatigue et aide de manière générale au bon fonctionnement du système immunitaire (et dont les femmes sont très souvent carencées).

– Un complexe détox à base de charbon, magnésium, calcium, zinc, spiruline, artichaut, romarin….. pour éliminer les toxines.

 

Et du bon sens

Elle m’a aussi recommandé de boire d’avantage, de l’eau, des tisanes pour leur vertus alcalinisantes, du citron pressé tiède le matin pour purifier l’organisme, manger plus de poisson gras type maquereau, sardine…. Beaucoup de choses évidentes mais qu’on ne met finalement pas tellement en pratique, par flemme, par oubli ou par manque de temps.

 

Les Papotages de Nana

 

Enfin, elle m’a demandé d’arrêter toutes les crèmes, sérums et autres placebos que je m’applique religieusement depuis des années sur la peau. Au lieu de l’aider, je l’étouffe et l’asphyxie progressivement. Elle m’a dit de revenir à des essentiels: une eau thermale le matin pour réveiller ma peau (à essuyer), surtout plus jamais d’eau du robinet car trop calcaire et agressive, une eau florale d’hamamélis pour purifier et apaiser (à laisser sécher), une crème adaptée à mes besoins (la même matin et soir). Elle m’a interdit d’utiliser les trente-deux contour de l’œil que je collectionne. Selon elle, ils n’hydratent pas plus que ma crème de jour habituelle et n’ont aucune plus-value sur cette zone très particulière du visage (en tous cas, en ce qui me concerne, parce que je soufre de cernes creux et non de cernes pochés sur lesquels certains produits font miracle). Dernier produit, le soir, un démaquillant huileux mais surtout pas d’eau micellaire qui irrite plus la peau qu’elle ne lui fait de bien en retirant le make-up. C’est tout.

Dernier petit conseil et pas des moindres : privilégier des compositions courtes, simples, sans alcool (car c’est irritant et ça génère du sébum en excès) et du bio de préférence.

 

Résultat

Je me suis tenue à cette nouvelle routine très originale pour moi qui n’avale jamais rien d’autre que de vrais aliments. Et pour une fois, je me suis penchée sur les compositions de mes crèmes…. et bien, il  n’en est pas resté beaucoup dans ma salle de bains. Si ça vous tente, je vous ferai un article à ce sujet.

Elle m’avait promis des résultats visibles sur mon teint et mon grain de peau au bout de 15 jours.

Et si je vous en parle, vous l’aurez compris, c’est que ça a marché….

Effectivement, après plusieurs semaines, je vois un véritable changement : j’avais sur les joues et sur le nez quelques pores dilatés. Et bien, c’est terminé. Mieux, je n’ai plus aucun point noir sur les ailes du nez. Les petites rougeurs diffuses que je pouvais avoir par-ci par-là, à cause de ma peau réactive ont elles aussi disparu.

Je trouve ma peau globalement plus confortable. Je ne saurais pas dire si elle est plus belle. Mais elle s’est nettement régulée. Elle n’est ni sèche ni grasse ni rien en fait. Elle est juste normale. Je ne ressens pas le besoin de mettre de la crème le soir ou le matin, elle ne tiraille plus jamais, ne rougit plus pour un oui pour un non. Mon teint est plus uniforme, plus lumineux. Je ne brille plus dès que j’ai un coup de chaud. Et comble de tout ça, j’arrive même à sortir sans aucun maquillage depuis plus de 2 mois, rien qu’en ayant intégré ces quelques petits changements.

C’est totalement bluffant. Je me sens tellement bien comme ça. Je dois dire que je n’y aurais jamais cru, 2 mois plus tôt…

 

Les Papotages de Nana

Et ça c’est moi en 2008 et en 2018…

 

Conclusion

Bien sûr, vous allez vous demander : Et alors, ces vilains cernes???? Tu les as comblé ou pas?

Et bien, sans faire de mauvais teasing, ça fera l’objet d’un autre article. Je ne veux pas vous noyer sous les informations. L’article du jour est assez spécifique à lui tout seul pour que je mélange pas d’autres sujets. En attendant, s’il y a bien une chose à retenir, c’est qu’il faut vraiment bien choisir son médecin esthétique.

Voyez en plusieurs. Faites des comparatifs (et pas qu’en termes financiers). Posez toutes les questions qui vous passent par la tête. Apprenez à reconnaître une offre trop alléchante, lisez les avis sur le net. Par exemple, un médecin qui ne vous demande jamais, à aucun moment, si vous êtes enceinte ou si vous allaitez, fuyez….. S’il vous propose un ravalement complet plutôt qu’un mesolift, fuyez aussi. Renseignez vous mille fois plutôt que cent. Il s’agit, encore une fois, d’un acte important, qui plus est sur le visage. On ne peut pas se contenter d’à peu près pour ces zones là. Visez toujours le meilleur.
Et dernier point, je vous donne avec grand plaisir les coordonnées de ma Doc chérie mais elle ne vous conviendra peut être pas. Pour moi, il fallait quelqu’un avec cette approche globale de la beauté, quelqu’un qui me tienne tête pour de bonnes raisons et qui refuse de m’injecter si elle estime que ce n’est pas ce qu’il me faut.

C’est aussi une question de feeling le choix d’un bon médecin esthétique.

 

En tous cas, j’espère que ces quelques éléments vous auront donné un œil nouveau sur la médecin esthétique. N’hésitez pas à me poser toutes les questions qui vous passent par la tête, je répondrai du mieux que je peux. Sinon, je ferai remonter les questions aux professionnels et je vous communiquerai leurs retours.

 

Bises

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Print Friendly, PDF & Email

8 réponses à “La médecine esthétique : mon expérience (Part. 1)”

  1. sheba2 dit :

    bonjour joh ,
    . . . . tout ça montre qu’il vaut mieux ne pas s’en faire . . . . . .
    amicalement , sheba2u.

    • JOhanna dit :

      J’apprends tous les jours à lâcher prise un peu plus. Je crois que c’est l’âge mais au fond je reste une gamine pas complètement sage non plus 😉

  2. Princesse Pia dit :

    Bravo pour ta franchise sur un sujet pas facile…
    Personnellement j’ai aussi des marques sur le visage : rides, ridules, cernes, tache de grossesse même ! Mais je le vis bien pour le moment. Ce sont des marques du temps que j’accepter.
    Par contre, je me suis fait la réflexion le week-end dernier, j’ai du mal a sortir sans maquillage. Mes cernes ne sont évidemment pas flatteuse et un coup de mascara éveille le regard. Je crois que j’ai passé un cap !

    • JOhanna dit :

      Merci pour ton petit mot adorable Ophélie, ça me touche.
      Pour tout te dire, c’est en partie le fait de me sentir obligée de sortir maquillée qui m’a fait sauter le pas. J’en avais assez d’être mal dans ma peau, de me cacher derrière ma protection makeup alors que je n’ai aucune raison de le faire.
      Je retrouve aujourd’hui le plaisir de me maquiller au lieu de m’en servir comme d’un paravent.
      En tous cas, prend ton temps pour faire quoique ce soit. Après tout, il y a mille façons de s’accepter avec l’âge. En plus, je trouve que tu as naturellement un très joli teint…
      Bises ma belle !

  3. Coucou
    J’ai lu ton article avec un grand intérêt ! Il est très intéressant ! C’est bien, çà me confirme dans ma routine soin, eau florale, huile démaquillante, soin bio..j’ai moi aussi à travers tous mes complexes, le complexe de la ride du lion qui se marque et qui comme tu le dis donne un air différent à l’expression du regard. Je sais que si j’en ai les moyens et que je trouve un bon praticien, j’essaierai de la corriger. Aujourd’hui j’ai 42 ans. J’ai hâte de lire ton ou tes prochains articles sur le sujet en tout cas ! Merci pour ton partage d’expérience. Bizzz

    • JOhanna dit :

      Merci pour ton témoignage.
      On est toutes faites de complexes. On a toutes des façons différentes de les aborder.
      En ce qui me concerne, j’ai pris le temps de les analyser avant d’agir. Et au final, je n’ai traité qu’une infime partie de tous ces complexes. Parce que j’ai accepté tous les autres et aujourd’hui je ne les vois plus.
      Je ne voulais pas tomber dans l’engrenage. C’est que ça coûte cher à la longue…
      Si tu veux aller lire la suite, elle est en ligne depuis ce matin. Et si jamais tu veux le nom d’un bon praticien……. n’hésite pas 😉
      Bises

  4. Et coucou! Hyper intéressant cet article! Je vais peut être paraître bête mais je ne connaissais pas le terme « médecine esthétique »…
    C’est vrai qu’il faut tomber sur les bons médecins qui vous prescriront ce dont vous avez besoin et pas forcément ce que vous pensez devoir faire.
    Personnellement j’ai refais mon nez, mais c’est un autre débat, ce genre de chose malheureusement ne part pas avec de l’eau et des vitamines (si seulement) ahah!
    J’attends de lire la partie 2 avec impatience, et en attendant je t’embrasse fort 🙂
    Clara

    • JOhanna dit :

      Merci Clara pour ton commentaire.
      Je viens de passer sur ton blog pour te laisser un comm à mon tour mais ça ne marche pas.
      Je te le copie/ colle ici (tant pis)…
      Et tu peux aller lire la suite de mes aventures, c’est en ligne 😉

      Quel courage de raconter tout ça avec autant de détail.
      J’ai tout lu c’était passionnant. J’ai vécu le truc par procuration avec toi ahah.
      En tous cas, c’est super de témoigner de manière aussi sincère et transparente. Ces actes ne sont pas anodins et il faut savoir à quoi on s’expose avant de se lancer.
      Merci pour ce récit. J’ai hâte de lire la suite et fin. Et bravo à ton chir qui t’a fait un nez magnifique qui va très bien avec ton visage du coup.

Laisser un Papotage

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives