Les Papotages de Nana

En immersion au sein de l’IRCGN

Salut tout le monde,

 

Je reviens aujourd’hui avec un article un peu différent que je suis ravie de vous proposer.

 

Vous savez qu’avec le blog, j’ai la chance de vivre des expériences incroyables : tester des restaurants, des spas, des soins, des hôtels, rencontrer des personnes inspirantes, découvrir parfois l’envers du décor d’une usine, d’un théâtre etc mais toujours voir le monde avec un œil émerveillé et partager avec vous ces moments un peu dingues…. Tout ça est génial, je ne m’en cache pas et je vous en remercie car c’est grâce à vous, ma petite communauté chérie, que je peux vivre des choses aussi folles.

Et bien, dans la série des expériences totalement improbables, aujourd’hui, je vais vous raconter mon immersion au sein de l’institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN pour les intimes).

 

Vous allez voir, c’est sans doute l’article le plus parfaitement en lien entre ma vie de blogueuse et ma vie professionnelle.

 

Déjà l’IRCGN, c’est quoi? Et bien, c’est un laboratoire pluridisciplinaire unique en son genre, il n’en existe qu’un seul dans toute la France, il se situe à Cergy Pontoise. C’est un lieu qui réunit toutes les sciences et technologies de pointe permettant d’accéder à la manifestation de la vérité dans le cadre d’un procès pénal. Vous le savez, maintenant, je suis issue du milieu juridique et forcément, ce genre de visite totalement exceptionnelle (et interdite au public en temps normal) me fait sauter de joie. J’ai toujours été curieuse de nature alors je ne pouvais qu’être comblée à l’idée de voir comment se déroule l’enquête, en pratique, avant le procès (à l’école d’avocat, on n’a pas accès à ce genre de rencontres et c’est bien dommage car ça manque à notre culture juridique, bref).

L’IRCGN a été créé en 1987 et il traite environ 600 dossiers par jour (pour 80 % de la génétique). Il compte plus de 270 personnes en son sein, civils ou militaires. C’est dire à quel point, ce service de la gendarmerie nationale est important dans le monde judiciaire actuel.

Sur place, sont concentrés les meilleurs techniciens et ingénieurs dans leur discipline (240 spécialités sont représentées). Ils ont un statut de gendarmes scientifiques qui leur permet d’œuvrer en tous lieux et tous temps, outre l’aura que dégage le titre. Vous connaissez forcément la série « Les experts » ? Et bien, voilà, vous avez déjà presque tout compris.

 

L’IRCGN a pour missions :

* D’effectuer, à la demande des officiers de police judiciaire (OPJ) et des magistrats, des examens techniques ou scientifiques, ainsi que des expertises à la demande exclusive des magistrats.

* D’apporter en cas de besoin (crimes graves ou catastrophes), aux directeurs d’enquête, le soutien nécessaire au bon déroulement des opérations de prélèvement technique et scientifique (PTS) ou d’aide à l’identification des victimes.

* Concourir directement à la formation des techniciens en identification criminelle et à la formation des enquêteurs (de tous les niveaux).

* Poursuivre, dans tous les domaines des sciences forensiques, les recherches rendues nécessaires par le développement des techniques d’investigation criminelle.

 

Pour réaliser ces différentes missions, l’institut est divisé en plusieurs pôles :

– La division criminalistique physique et chimie (DCPC) regroupe les activités physicochimiques, balistique, microanalyse, environnement-incendies-explosifs, toxicologie. C’est là qu’on va faire des rapprochements de tirs de balles, pour savoir quelle arme a tiré, à quelle distance, déterminer quels produits explosifs ou drogues ont été utilisés sur une scène de crime etc… Sur place, il y a une armurerie digne d’un musée et une salle de tir insonorisée très impressionnante qui donne la sensation d’être un décor de cinéma.

 

Les Papotages de Nana

Les Papotages de Nana

 

– La division criminalistique ingénierie et numérique (DCIN) comprend les activités liées à l’ingénierie et aux nouvelles technologies : informatique-électronique, signal image-parole, documents, véhicules. C’est chez eux qu’on retrouve les meilleurs hackers. Les fake influenceurs n’ont qu’à bien se tenir…

 

Les Papotages de Nana

 

– La division criminalistique identification humaine (DCIH) est composée des activités ayant trait à l’odontologie et la médecine légales, l’anthropologie et l’hémato morphologie, la faune et la flore forensiques, les empreintes digitales. C’est dans ce pôle que sont entreposés les cadavres, sur lesquels on peut faire des découvertes hallucinantes. Lors de la visite, ce qui m’a le plus marquée, c’est le lieu d’entreposage des corps. Il n’y a rien de très impressionnant en fait, il s’agit juste d’une grande pièce où se trouvent des dizaines de congélateurs, comme on peut avoir chez soi. Rien de plus et pourtant…

 

Les Papotages de Nana

Les Papotages de Nana

 

– La division criminalistique biologie et génétique (DCBG) forme un pool unique d’experts en génétique dans une même chaîne fonctionnelle.  Ils disposent d’un matériel de pointe, d’une valeur inestimable. Microscopes, thermocycleurs, électrophorégrammes… autant de noms barbares qui désignent le matériel technologique utilisé par les laborantins de ce pôle. Il faut être sacrément privilégié pour travailler sur des machines aussi performantes, uniques et rares.

– Un service interprétation des données en charge de l’interprétation statistique des indices et des preuves ; un service saisine scellés et un service assurance qualité assurent la traçabilité des dossiers et scellés ainsi que la promotion et le suivi de la politique qualité souhaitée par la direction de l’Institut.

 

Aussi bête que cela puisse paraître, c’est peut-être ce dernier pôle, moins scientifique, plus administratif qui m’a le plus parlé. Pour le coup, c’était très concret pour moi qui ai l’habitude d’envoyer des courriers, demandes d’actes et autres dans les Tribunaux de France et de Navarre, aux experts judiciaires etc. Cela m’a permis de bien visualiser le chemin parcouru par un scellé avant d’arriver sur le bureau du magistrat et d’être présenté (en vrai ou en photo) au prévenu. Quoiqu’il arrive, où que soit située l’affaire, un scellé qui doit être analysé scientifiquement passera forcément par Cergy.

 

Sur place, la visite s’est déroulée entre jeu de rôle et présentation plus ou moins formelle des différents pôles. Je m’attendais à quelque chose d’un peu scolaire et rébarbatif mais c’était sans compter sur le caractère humain et enjoué de certains gendarmes qui nous ont présenté leurs activités. Il en est ressorti qu’avoir un diplôme d’ingénieur et travailler sur des dossiers sensibles voire glauques ou macabres n’empêche pas d’avoir un certain sens de l’humour, du détachement (sûrement pour se protéger aussi), une envie de profiter de la vie et une humilité sans pareille.

 

Les Papotages de Nana

Les Papotages de Nana

 

Avec nos blouses blanches et nos badges, on a arpenté les lieux, avec une classe certaine. J’en ai pris plein les yeux au moment de visiter l’armurerie (pas moins de 10.000 armes de toutes les époques y sont entreposées). J’ai même tenu une vraie balle de pistolet dans ma main (pardon, c’est bête mais je n’avais jamais fait ça avant). J’ai été très surprise d’apprendre que la cocaïne est tellement volatile qu’elle contamine tous les billets de banque, après seulement 5 échanges de mains. Et alors, n’espérez pas passer inaperçu à l’aéroport, juste après…

 

Les Papotages de Nana

 

Pour les besoins d’un jeu de rôle, je me suis mise dans la peau d’un témoin d’une scène de meurtre, ai aidé les enquêteurs à retrouver le coupable, en mobilisant toutes les compétences que j’avais pu engranger au cours de cette journée.

 

Franchement, avec le recul, c’était vraiment l’une des plus incroyables expériences de ma vie. Je suis vraiment ravie d’avoir pu découvrir l’envers du décor, comprendre une facette de ma vie pro qui était un peu dans le brouillard, rencontrer des personnes passionnées et intelligentes. Et je suis rentrée chez moi, totalement vannée !

 

J’espère que ce retour d’expérience vous a plu. N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous connaissiez l’existence de cet institut et si oui, vous en aviez cette vision des choses, en pratique.

 

Bises

Rendez-vous sur Hellocoton !
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un Papotage

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives